Rechercher

Confinement: les produits «non-essentiels» des grandes surfaces interdits à la vente dès mardi

Invité du JT de TF1 ce dimanche soir, le Premier ministre, Jean Castex, a indiqué que les produits « non-essentiel » des grandes surfaces, vendus dans des magasins qui doivent rester fermer pendant le confinement, seront interdits à la vente.

Alors que le confinement est entré en vigueur vendredi matin, de nombreux commerces, jugés comme « non-essentiel », ont dû fermer leur porte. Cette décision a provoqué une fronde chez de nombreux commerçants, estimant la concurrence déloyale avec les grandes surfaces, ouvertes et jusqu’ici autorisées à vendre des produits non-essentiels.

Pour mettre fin aux arrêtés de nombreux maires, dont certains dans le Nord et le Pas-de-Calais, ayant décidé de permettre à leurs commerces de proximité de rester ouverts, Jean Castex a dit « entendre et comprendre ce problème de justice », lors d’une interview pour le JT de TF1.

« Que l’on ne puisse pas vendre de fleurs, de livres, dans un commerce de proximité et qu’on puisse le vendre dans une grande surface, je comprends que cela puisse choquer », a admis Jean Castex.

Dès mardi matin, il sera interdit de vendre dans les grandes surfaces « les produits qui sont d’ores et déjà interdits à la vente dans les commerces de proximité », a dit le Premier ministre. Jean Castex a également confirmé que les commerces ne rouvriront pas pour l’instant  : « Nous ne reviendrons pas sur les mesures annoncées, c’est trop tôt pour l’instant ». Il a par ailleurs annoncé que 20 milliards d’euros allaient être votés pour « venir au secours des gens qui ferment ».


Un premier point dans 15 jours

Un premier point sera fait dans 15 jours, puis début décembre. « Je dis à ces commerçants, mieux vous respecterez toutes ces consignes, plus vite nous pourrons en sortir. Nous devrons gérer dans la durée, cette nouvelle vague de confinement intervient car l’épidémie accélère il fallait des mesures dures », a déclaré le locataire de Matignon.

Vendredi soir, déjà, la colère avait grondé chez les libraires. Alors qu’ils avaient dû fermer leurs portes, la Fnac et la grande distribution, eux ouverts, vendaient encore des livres. Ils avaient obtenu de la part du gouvernement la fermeture des rayons culturels dans les enseignes de grande distribution. Rapidement, d’autres secteurs, comme celui des jouets, avaient demandé des mesures similaires, afin que tous les rayons « non-alimentaires » soient fermés.

Cette annonce du Premier ministre survient alors que dans l’après-midi, la fédération de la grande distribution s’était opposée à la fermeture de ses rayons « non-alimentaires », évoquant sa « totale incompréhension ». Elle estimait que cette mesure « manquait de justification sur le plan sanitaire » et « compliquerait la vie des Français ».

La fédération aurait souhaité « privilégier une réouverture progressive des petits commerces, sur rendez-vous, accompagnée de mesures de contrôle accrue des jauges actuelles dans les magasins ». Il n’en sera rien. Les rayons « non-alimentaires » des grandes surfaces seront fermés dès ce mardi matin.


PARTAGEZ


90 vues0 commentaire